Le taux négatif est loin d'être une solution miracle

Boursier.com : Quel est votre avis sur les taux négatifs pratiqués par certaines banques centrales ?

A.H. : Après la zone Euro, la Suède, le Danemark et la Suisse, la banque centrale du Japon vient d'annoncer à son tour des taux monétaires négatifs pour stimuler l'économie et l'inflation... A horizon cinq ans, plusieurs Etats et même quelques entreprises empruntent à des taux négatifs auprès des investisseurs. Est-ce bien raisonnable ? Tout se passe comme si les autorités avaient trouvé la solution pour forcer la consommation et l'investissement en permettant la distribution de crédit, tout en évitant la thésaurisation...

Boursier.com : Quels sont les effets pervers des taux négatifs ?

A.H. : Ces taux négatifs ont tendance à accroître les inégalités en favorisant l'effet richesse des actifs financiers. Il en découle une mauvaise allocation du capital... Puisque l'argent est "gratuit", des projets autrefois non rentables le deviennent... Cela crée des bulles spéculatives, un actif attractif aux yeux des spéculateurs va attirer une masse de flux importants jusqu'à l'éclatement. Le concept de taux d'usure a été créé pour protéger les emprunteurs face à des créanciers trop gourmands. Lorsque les intérêts étaient trop importants, le remboursement du capital était quasiment impossible. Donner la possibilité d'emprunter à des taux négatifs n'est-il pas signe d'une déresponsabilisation en amenant l'agent économique à une situation bien plus périlleuse dans le futur en lui faisant croire qu'il peut emprunter indéfiniment ?

Boursier.com : Les Etats-Unis ne souhaitent pas recourir aux taux négatifs...

A.H. : Depuis 2008, la Réserve Fédérale américaine n'a jamais osé pratiquer des taux monétaires négatifs, mais elle a injecté des liquidités de manière quasi illimitée... Elle a certainement compris que mettre en place des taux négatifs niait la notion même d'investissement et donc pouvait être de nature à ruiner la confiance et la reprise de l'investissement. Les fondements de l'investissement résident dans la rémunération du risque...

Boursier.com : Comment voyez-vous évoluer la situation ?

A.H. : Le taux négatif est bien loin d'être une solution miracle empêchant la thésaurisation et redonnant confiance. Il peut avoir des effets inverses, créer des doutes sur la pérennité du modèle économique et décourager l'investissement. La confiance dans l'avenir est primordiale pour relancer l'économie... Le risque de déflation est permanent dans des économies déjà sclérosées par la dette. Il va falloir être plus ingénieux dans les solutions à apporter à la crise...